Le faux : qui trompez-vous?

Spotlight
Qui ne s'est jamais retrouvé dans une situation pareille : À New York, ou autre endroit branché, dans un coin un peu éloigné, un peu restreint, notre regard vacillant devant de nombreux faux sacs Louis Vuitton, accrochés devant nous, mis à notre disposition. Si facile, si approchables, si abordables, si jolis, si… semblables, voir pareils, à ceux qui nous sont et seront probablement toujours hors d’atteinte. À ce moment, une multitude de questions apparaissent dans notre esprit. Pourquoi pas? Et si? Cela ne se voit pas, non? Si semblables, et pourtant? Mais qui saura? Eh oui, mais qui saura?

J’ai déjà succombé à la tentation du faux, oui, je me repends. Un sac Chanel, joliment construit, exact au vrai de vrai Chanel vu dans mes rêves, blanc et noir, le signe présent, certificat d’authentification, tout quoi! Comment aurais-je pu dire non? Comment?

Eh bien, je ne l’ai jamais porté. Non. Jamais au grand jamais. Il a orné très longtemps la tablette supérieure de ma garde-robe, du haut de son « Chanel » et du bas de sa fausseté. Il a fini au village des valeurs, puisque je me suis résignée à le donner.

Pourquoi ne l’ai-je jamais posé sur mon épaule? Parce que je savais. Je savais que ce sac n’était pas un « vrai ». Certes oui, un vrai sac, mais pas un vrai Chanel, comme j’aurais souhaité qu’il le soit.

fake Chanels

Parce que la grande question est « Mais qui saura? ». Moi, je savais.

On ne se mentira pas, on veut un Chanel pour la prestance, pour ce qu’il représente et pour exposer la haute couture dans son ensemble. Mon ambition était de me procurer un vrai Chanel, et non une imitation.

De plus, je ne pense pas que j’aurais été la seule à savoir la véritable provenance de mon sac. Mes amies, sachant ma vie et mes occupations, n’auraient jamais mordu à l’hameçon. Moi, n’ayant pas changé de mode de vie, trouvé un copain ultra riche ou dégoté un emploi extrêmement payant et elles, me connaissant, elles auraient su. Et si jamais, dans l’ombre d’un doute, elles se seraient posées la question, elles m’auraient demandée. Et j’aurais répondu la simple et dure vérité. Non, ce n’est pas un vrai. Parce qu’on ne ment pas à ses copines pour un sac, tout de même!

Et les étrangers, dans tout ça? Voyons. Ne nous faisons pas d’histoire.

Je sors d’une BMW, avec un manteau de fourrure, des bottes de cuir italien et un entourage : d’accord, on croit à mon faux sac. Je sors de ma Honda, avec un manteau ordinaire, mes bottes de friperie et mes livres d’école : on ne croit pas à mon faux Louis Vuitton.

Le jour où j’aurai un vrai sac griffé de cette envergure, je pourrai clamer haut et fort, devant moi et devant les autres, que c’est un vrai.

Et je ne tromperai personne. Pas même moi.

Vous aimez cet article? Dirigez-vous vers mon blog! http://dentelleetfleurs.blogspot.com/

Share this with your friends!


Like this? Tweet it to your followers!

Latest articles from Gabrielle Lacasse

blog comments powered by Disqus

 
Facebook Twitter RSS Feed 
Upcoming Fashion Events

No current events.

Banner
Fashion Biz Newsletter
* indicates required