Dernière Journée - Ralph Leroy, Denis Gagnon

Semaine de Mode Montréal 18
Farinotti Deborah
Voilà terminée la dernière journée de la semaine de la mode de Montréal, 18ème édition. Une semaine à 2000 à l'heure avec pourtant tellement de choses à découvrir, détester ou adorer.

Mon avant dernier défilé a été celui de Ralph Leroy. Tout a commencé avec un message de paix en hommage aux victimes d'Haïti; "En Haïti il n'y a qu'un seul choix: survivre ou mourir". Tout était dit.

Des hommes en habits de moines portant des cierges ont ouvert la danse, puis la musique de Michael Jackson "They don't care about us". Beaucoup d'émotions, un moment très fort.

Une collection masculine et tout droit sortie de l'armée rouge. Du cuir, des cols en fourrure, des imprimés camouflage, des cabans rouges ou bleu marine. Tous les ingrédients de l'armée soviétique étaient là!

Ralph Leroy - Semaine de Mode Montréal

Ralph Leroy - Semaine de Mode Montréal

Également des chemises aux revers à pois rouge et blanc ou marine et blanc, ou encore à rayures dans les roses et blancs.

Dans l'ensemble, les détails étaient assez jolis mais les coupes manquaient de précision. Le défilé a été plutôt bon dans l'ensemble mais une question est soudain venue à moi: Pourquoi ces lunettes de soleil? Un clin d'œil au coté ringard de Tom Cruise dans Top Gun peut être? Dommage car le tweed était bien coupé, dans des couleurs bien mises en valeur; mais les idées étaient là, la prochaine collection sera certainement meilleure.

Ralph Leroy - Semaine de Mode Montréal

Ralph Leroy - Semaine de Mode Montréal

Ralph Leroy - Semaine de Mode Montréal

Ralph Leroy - Semaine de Mode Montréal

Puis le défilé attendu de tous. Attente, c'est exactement le mot qui convient. Une organisation digne d'un centre aéré: deux shows étaient prévus, un premier pour les médias et acheteurs et un second (identique, une heure plus tard) pour le public; de nombreux médias ou acheteurs n'ont pas pu accéder à leurs places au premier défilé. Pourquoi? Un manque d'organisation, un manque de professionnalisme, un manque de contrôle des tickets (oui car certaines personnes ont réussi à accéder aux places réservées...qui n'étaient pas les leurs...), très décevant d'un tel évènement!

Donc nous voilà assises , une ouverture avec un extrait du documentaire sur Denis Gagnon: "Je m'appelle Denis Gagnon".

Dès le début la salle est portée, une collection qui suit quelques codes: des zips, du cuir, des franges. Voilà le trio gagnant Denis Gagnon. Des colliers en zips, des robes, également des sacs ou encore des leggings et tops en franges.

Un parfum d'orfèvrerie, une minutie, une intelligence; une façon d'épouser chaque courbe du corps de la femme tout en conservant une apparence "confortable". On a aperçu des fesses ou des seins, mais d'une manière presque délicate et élégante, toujours raffiné et sexy, jamais vulgaire; voilà le défilé Denis Gagnon.

Un niveau vraiment à part, une euphorie dans l'assistance, un silence, des applaudissements, tout le monde a aimé, ca se voit, ca s'entend, les gens en parlent après le show, ce qui n'a pas été le cas pour tous les défilés, il faut bien le dire!

Denis Gagnon s'inscrit dans une case à part, avec des touches à la Jean Paul Gaultier, peut on lui en vouloir? Gaultier est plus un exemple qu'un styliste à fuir...Alors Denis Gagnon, encensé, démoli, on aime ou déteste le personnage, soit, on déteste les lunettes, le coté hautain ou les cheveux tirés en arrière pour certains, on adore l'audace, l'intelligence et le travail pour d'autres; mais une chose est sure: personne n'est indifférent à Denis Gagnon!

Denis Gagnon, les images!...

Photographie Barilà par Abir Shah

Share this with your friends!


Like this? Tweet it to your followers!

Latest articles from farinotti deborah

blog comments powered by Disqus

 
Facebook Twitter RSS Feed 
Upcoming Fashion Events

No current events.

Banner
Fashion Biz Newsletter
* indicates required